Traversée de la grande Russie

Samedi 1 Octobre, 29248km

Nous essayons de reprendre un rythme matinal pour l’ecole des enfants, c’est difficile et nous avons des milliers de km à parcourir. C’est avec le soleil que nous entrons en Bouriatie, la rupture avec la Mongolie est ainsi moins douloureuse, mais déjà nous nous heurtons à la dureté de l’accueil russe en général, dans les restaurants les serveuses sont de vraies cerbères.

Premier bivouac en Bouriatie, Fédération de Russie

Lors d’une halte déjeuner, nous retrouvons les Toqués (famille francaise avec 4 enfants « les toques perdent le nord ») qui sont comme nous en partance de Mongolie. Eux vont vers le Kazakstan, nous, nous entamons la traversée de la Russie vers l’Europe.

Des beaux bébés, les lutteurs !

Notre bivouac du soir s’installe a proximité du datsan de Ulan Ude, enceinte de temple bouddhiste où se déroule une fête de lutte mongole, de courses de chevaux et de tir à l’arc. Nous assistons au tournoi de lutte, c’est spectaculaire… Les hommes s’empoignent par un ruban  qui suit le contour de leur slip, tout à fait remarquable le slip est brodé, c’est magnifique. Nous regrettions de ne pas avoir vu de telles scènes en Mongolie et c’est aux portes de la Bouriatie, république indépendante de la fédération de Russie que nous avons pu découvrir ce spectacle.

Premières approches, ... il fait 4 à 5 °C !

Si après 5 à 6 minutes, il n'y a pas de vainqueur, les adversaires s'empoignent par le slip pour la confrontation finale

Le spectacle est partout.

Sous l'égide des moines ...

Les Bouriates sont une ethnie Mongole qui s’est installée il y a plusieurs siècles sur les bords du Baïkal, même culture, même religion. Après des années de communisme, ils retrouvent leurs racines. Les temples se développent,

Nous partageons le casse croute du soir entre les deux camions, les enfants dans 4zi2, les parents prennent l’apero avec les Toques, bien bonne soirée!

 Dimanche 2 octobre 29440 km

Visite des différents temples du datsan bouddhique, très colorés, très vivants et toujours spectaculaire, puis route vers Ulan Ude et le lac Baïkal que nous longeons pendant de nombreuses heures puisqu’il est gigantesque, le plus grand lac d’eau douce du monde, la même superficie que la Belgique. Sur la partie sud du lac, nous réussissons à passer la ligne du transsibérien qui le borde pour notre bivouac du soir, nous atteignons les rives de ce lac mythique aux eaux les plus pures du monde. (potable parait-il)

Renouveau du Bouddhisme en Bouriatie

L'intérieur du temple

Fourzitou a les pieds dans l’eau, sur les galets du Baïkal, les enfants se pressent pour le feu et les pommes de terre à la cendre, saucisses et bananes au feu.

Les berges du Baïkal, une eau limpide

Coucher de soleil splendide, nous sentons que nous remontons vers le Nord, les journées racourcissent et les nuits sont fraîches.

Un beau bivouac avec feu de camp sur les bords du Baïkal

 Lundi 3 Octobre 29674 km, bord sud du Baïkal,

Réveil sur les rives calmes du lac, splendeur du lever de soleil. Ecole ce matin, 1 er envoi du Cned prévu à Irkoutsk, il faut que les enveloppes soient prêtes. Route vers Irkoutsk à travers ces immenses forêts de Sibérie composés de bouleaux, mélèzes et pins, les couleurs sont déjà automnales et les froids des derniers jours ont fait tomber les dernières feuilles, nous découvrons la Taïga.

On a eu pire: Novossibirsk 1880 km !! Et oui il faut lire le cyrillique, on s'y fait

Nous avions oublié les distances énormes entre chaque ville Ulan Ude – Irkoutsk 440 km, pourtant si proche sur la carte, en réalité il faut entre 6/7 heures de conduite. Ce soir, nous sommes un peu affolés devant les milliers de km à parcourir, sachant qu’en général la matinée est consacrée à l’ecole, et travailler en roulant sur ces routes est quasiment impossible. Il va falloir trouver une solution… La nuit porte conseil, nous dormons en pleine ville à Irkoutsk, a peine installé, la sécurité nous fait déménager, nous n’insistons pas ils ne sont pas riants…

Nos premières limousines Hummer ! Le comble du mauvais gout, nous en verrons des dizaines à travers la Russie

Mardi 4 octobre 29930 km Irkoutsk

Posé en pleine ville un peu comme une … après s’être fait chasser par la sécurité, nous passons une nuit correcte mais bruyante. Quelques courses de nourriture, de la crème, des lardons, nous trouvons à nouveau abondance dans les supermarchés. Irkoutsk, grande ville, proche du lac Baïkal est surnommé le Paris de la Sibérie, vaste centre industriel et scientifique, on y trouve des demeures grandioses et des édifices bien restaurés.

Nous quittons Irkoutsk en fin de matinée, en sortie de ville, un panneau nous indique Novosibirsk 1850 km, Krasnoïarsk 1025 km, c’est la prochaine grande ville, c’est un peu démoralisant…

Au programme du jour, école en roulant et c’est sport à cause de l’état des routes, nous conduisons 200 km puis changement de conducteur, pause gouter au nutella, quelques shoot et passe avec le ballon au milieu des forets sibériennes, histoire de se dégourdir les jambes. Chacun trouve et gère son activité du jour, un peu de jeu sur l’iPad, un film sur l’ordinateur et c’est reparti pour le run!

 Mercredi 5 Octobre  30402 km

Réveil  7 h du mat, nous sommes à 600 km de Krasnoïarsk, nous roulons pendant que les enfants dorment encore, c’est toujours ça de pris! Une bonne centaine de kms avant le petit déjeuner, nous apprécions ce calme matinal ainsi que le lever de soleil sur la taïga.

Arrêt dans un village sibérien, sur le bord de la fameuse M53 ( route reliant Moscou à Vladivostok 9256 km ), quelques isbas aux jolies fenêtres de bois, quelques babouchkas assises devant chez elles regardant passer…vendant des pignons de pins, des pommes de terre…

La Russie profonde, déroutant et envoutant en même temps

Des tas de bois énormes en prévision de l’hiver, des hommes puant l’alcool dès le matin, c’est un peu la désolation!

Pas d’eau courante, les enfants vont la puiser, c’est la Sibérie profonde assez triste, quel avenir? Ils ont un toit, mais pas grand chose d’autre, ce n’est pas des bidonvilles, mais c’est pas tellement mieux, peut être cela ressemble t’il aux anciens goulags! Les grandes villes Irkoutsk et Krasnoïarsk sont à 500 km.

Jeudi 6 Octobre 30940 km

Chacha réveillé a 5h 30 par la pluie, décide de prendre le volant pendant que nous dormons, histoire d’avaler des kilomètres. Il faut tracer, la trace, la trace…

Des km de forêts

Vendredi 7 Octobre 31485 km

Ecole le matin, nous prenons la route vers 11h 30. Direction Tomsk à la recherche d’un hôtel pour y passer une nuit afin d’y enregistrer nos visas, nous ne l’avions pas fait à l’aller et avons éviter de justesse l’amende à la frontière de sortie de Russie. Nous avions pourtant fait les démarches lors de notre passage aller à Balakovo mais personne ne nous avait réellement renseigné.

En plein centre ville de Tomsk, nous trouvons plusieurs hôtels dont certains très modernes, tout en noir et rouge, même les chambres toutes noires, des vraies grottes. Les deux premiers affichent complets, le weekend il y a toujours beaucoup de mariages, avec belles voitures décorés et robe de mariée super kitsch avec tout le décor assorti. Le mariage en Russie est une industrie qui marche.

C’est à Irkoutsk que nous avons vu une limousine digne d’un James Bond, Fourzitou paraissait très court avec ses 8,60 mètres. C’était un Hummer rallongé avec 3 essieux, 3 portes latérales s’ouvrant en l’air avec musique et alcool a l’intérieur. Des jeunes filles fêtant leur anniversaire…on ne peut voir cela qu’en Russie!

Nous trouvons un hôtel correct, propre dans lequel nous prenons 3 chambres pour une nuit, histoire de faire l’enregistrement de visas, quelques lessives. Nous déjeunons au Bambou restaurant d’une délicieuse cuisine asiatique qui nous réconforte après le régime mouton de Mongolie. Grande promenade à pied en centre ville à la recherche des maisons aux fenêtres sculptées et aux vieilles poutres et rondins. Tomsk est réputée pour son architecture en « dentelle de bois  »

Samedi 8 Octobre 31630 km

Nous ne dormons pas bien dans cet hôtel, première fois depuis l’expédition Mongole que nous quittons le camion, et nous nous rendons compte que notre confort est appréciable, surtout nos matelas. De plus et c’est bien connu les Russes sont bruyants et hurlent à coup de vodka le soir. L’alcoolisme est vraiment très impressionnant en Russie. A toute heure de la journée, ils vont au supermarché pour acheter à boire.

Nous parcourons Tomsk à pied, à la recherche de la maison du Paon et la maison du Dragon, spécimen d’architecture de bois absolument superbe perdu au milieu de barres d’immeubles grises et autres constructions post-soviétiques. Parfois les maisons de bois se retrouvent à moitié enterrées sous le niveau de la rue et c’est bien souvent l’habitat des classes les plus pauvres, d’où l’état lamentable de ces maisons en général. Quelle désolation!

Un affreux mélange: dans quelques années ces maisons en bois auront disparues

La maison du Paon

 

La maison du Dragon

Notre promenade aller par le parc d’attraction, nous imposera une halte au retour: manèges et auto-tamponneuses font le bonheur de nos enfants.

La maison Germano-Russe

Le manège Fée clochette fait toute l’admiration de Josephine, je dois dire qu’il est hors du commun avec des nacelles balançoires tenues par des papillons !

Le manége préféré de Joséphine: La fée clochette

Départ de Tomsk vers 17h, route vers Novosibirsk

 Dimanche 9 Octobre 31857 km 

Arrivée en centre de Novosibirsk, les villes russes énormes se traversent d’un bout à l’autre, les indications souvent très mal signalées nous vaudront de nombreux demi-tours ou changement de direction de dernière minute. Eugénie nous montre le zoo de Novossibirsk que l’on vient de passer, nous décidons d’un arrêt à l’unanimité et nous sommes impressionnés par la taille du zoo. Nous y passons 3 ou 4 heures avec pause déjeuner à l’intérieur.

Le zoo est comparable à la taille de la Russie, gigantesque, avec des animaux magnifiques en bon état, en couple, et bien souvent avec des bébés: ours, tigre, panthère, jaguar. Le tigre blanc du Bengale est superbe, nous n’avions jamais vu ce genre de spécimen. Beaucoup d’oiseaux énormes: aigles, vautours, charognards, des singes en quantités toutes sortes d’espèces de tous les pays du monde. Apparemment le Zoo est sponsorisé par certaines grosses entreprises russes qui financent l’acheminement des espèces et sa pérennisation. C’est une énorme industrie, jamais nous n’aurions pensé qu’en Russie, il puisse exister un zoo aussi intéressant.

En route pour Evcino pour passer chez Urolavia chez qui nous avions eu un accueil formidable à l’aller, nous lui avions promis de passer lors de notre retour de Mongolie malgré un détour de 300km, nous n’en sommes plus à ça près !

Surprise
Elle n’y croyait plus, puisque nous lui avions parlé du 15 septembre, mais comme nous avons prolongé en Mongolie, nous sommes en retard…par rapport au planning. Lors de notre arrivée vers 16h, elle est en train d’allumer le Bania, cette fois c’est sur, nous allons accepter l’invitation au bania.

Les retrouvailles sont chaleureuses, Urolavia est très émue, nous offre le thé, bonbons chocolats…en deux mois son jardin n’est plus le même, les premières gelées sont apparues et les légumes sont ramassés.

Des retrouvailles émouvantes

Elle nous montre sa cave et sa récolte, 2 mètres sous terre sont enfouis les pommes de terre, les carottes et betteraves rouges, impeccablement rangés en sac, de quoi tenir un siège ou plutôt l’hiver, nous comprenons que cette nourriture lui permettra de survivre. Elle nous explique qu’elle en vend un peu.

Les réserves pour tenir jusqu'au prochaines récoltes

Cette femme seule, cultive, aidée de temps en temps par sa famille pour les gros travaux de labours, un jardin immense. Son physique sec et musclé nous montre qu’elle sait manier la bêche, pas d’engin du type motoculteur…

Puis viendra l’heure du Bani, dimanche soir c’est le jour ou l’on se retrouve entre famille et amis pour partager ce moment.

Serge et Gus vont commencer, coiffés d’un chapeau de feutre (pour éviter que la tête chauffe et refroidisse trop vite lors des aller- retour intérieur/extérieur) et armés d’un bouquet de branches de bouleaux pour se flageller le corps. Trempé dans l’eau chaude, les branches deviennent souples et ne font pas mal du tout bien au contraire, c’est très agréable, cela stimule et enlève les toxines du corps. Cela ressemble beaucoup au sauna.

Dehors, il gèle et on apprécie ces aller / retour !

Ensuite viendra le tour des filles, après le Hamman marocain, nous voici au bania russe, c’est différent, cela ressemble beaucoup au sauna, nous nous sentons vraiment décrassées de la tête aux pieds et tellement relaxées. Apres cette expérience de bani, nous comprenons facilement comment les russes peuvent se jeter dans l’eau froide ou se rouler dans la neige (la vodka doit certainement aider).

Lundi 10 Octobre 31993 km

Matinée variant entre école et discussion avec Urolavia, elle est tellement heureuse de notre visite surprise qu’il est inimaginable de partir avant le déjeuner, aussi nous partageons avec elle et chez elle, des pommes de terre de son jardin et les oeufs de ses poules.

Un élément essentiel des maisons Russes: le Poêle de masse ou mur chaud

Le moment du départ est douloureux, Gustave et Josephine ne veulent absolument pas partir, d’ailleurs ils se cachent un long moment…Les enfants pleurent, Urolavia aussi, Gustave s’agrippe à son cou, les adieux sont déchirants…Urolavia nous explique en Russe que lorsque Gus sera bolchoï (grand), il viendra la voir et passer des vacances chez elle.

Bolchoï Gustave reviendra ...

C’est décidé, notre tête de lard va choisir Russe en première langue pour être…bolchoï…et venir chez Urolavia. Lorsque l’on a demandé à nos enfants pourquoi c’était si bien chez Urolavia et ce qu’ils avaient apprécié, ils nous ont répondu: « c’était bien, parce que chez elle c’est tout petit…et en plus il n’y a rien, juste ce qu’il faut, …et un grand jardin, avec plein de légumes… »

Départ Urolavia 15 h 30 route vers Omsk, Bivouac a Karghat (comme à l’aller)

Mardi 11 Octobre 32270 km RAS- école et kms

Quelques achats sur le bord de la route à une Babouchka, Pour elle c'est indispensable pour survivre, les retraites sont très basses en Russie.

Mercredi 12 Octobre 32720 km RAS- kms et école

Jeudi 13 Octobre 33369 km

Départ matinal, je prends le volant, il fait nuit, les enfants dorment bien, petit dejeuner avant Kurgan, école, puis route à nouveau, arrêt pour école et déjeuner dans une forêt de bouleaux qui sert de cimetière également, exploration des tombes avec les enfants.

Bivouac bord de lac 100km après Tcheliabinsk

 Vendredi 14 Octobre 33830 km

Nous décidons de nous poser pour l’ecole près d’un lac au pied de l’Oural, le lac Torgaik! Et comme bien souvent les indications des guides et panneaux de signalisation étant quasi inexistants, il nous faudra persévérer pour le trouver. Lors d’un arrêt impromptu, attirés par les bulbes colorés et brillants d’une église chrétienne orthodoxe, nous échangeons avec des personnes qui nous indiqueront le chemin à 25 km.

Paysage Sibérien de carte postale du lac Tourgoïask

A chaque fois, nous sommes surpris, mais les distances ici ont une autre dimension. Quand on dit tout droit et à gauche dans une ville, c’est tout droit pendant 3 km, après les ponts, la voie ferrée et les usines… à la sortie de la ville et enfin…à gauche. Nous cherchions les lacs de Tcheliabinsk, ils sont en fait à 120 km. Beaucoup de persévérance et d’entêtement nous permettent enfin d’atteindre ce fameux lac, nous ne serons pas déçus.

Le lac de Tourgoïask, difficile à trouver mais magnifique

Nous déjeunons dans un ressort Spa hôtel de bord de lac ou nous pourrons même profiter de la piscine extérieure chauffée, l’accueil est chaleureux.  Le lac immense est bordé de forets de pins et de bouleaux, les rives sont très escarpées et l’accès est difficile, l’eau est froide et très claire. En fin de journée, Fourzitou reprend la route. Nous traversons l’Oural en quelques kilomètres et passons du continent Asie au continent Europe. Nous continuons jusqu’au bivouac du soir dans un village de l’Oural ou nous nous posons épuisés à proximité d’habitations.

Les enfants dorment déjà et lorsque nous nous couchons je sens que nous ne sommes pas les bienvenus, l’accueil des hommes derrière leurs carreaux n’est pas top! Serions nous des espions? Fourzitou au pays des soviets! Evidemment arriva ce qui devait arriver, en pleine nuit…toc toc à la portière, la police ! Ils ne sont pas là par hasard, bel exemple de délation…qui n’ira pas plus loin que des signes, des niet, et des ia nié pa-ni-ma-iou (je ne comprends pas) qui nous sortira à chaque fois des mailles de leur filet. Ne rien comprendre ou feindre de…finit par agacer…comme au jeu de la barbichette…le premier qui lâche…aura perdu!

Dans la partie européenne de la Russie, les contrôles de police sont journaliers, d’ou venez vous? Ou allez vous ? Ia-nie ga var iou pa rou ski( je ne parle pas russe) et avec des mots comme Mongolia / Europa nous sauvent de situations burlesques.

 Samedi 15 Octobre 34050 km 

On the road again…en direction de la M7, direction Oufa que nous traversons en 2 heures, c’est la galère ces villes russes, aucune indication et des avenues interminables, 1 million d’habitants c’est la moyenne pour une ville russe et 20 km de long….à la taille de la Russie

Direction Kazan et Moscou 1200 km.

Nous sommes en pleine région pétrolifère, des forages s’alignent le long des routes, partout des énormes pompes, des gazoducs, des oléoducs, des tranchées énormes pour faire courir l’or noir.

Champs de pétrole !

Arrêt en fin d’après midi en bordure de M7, en plein champ, pour faire courir le team qui n’en peut plus, les enfants explorent les environs et découvrent un champ de carottes, une chourre s’organise, pour le menu du soir: purée de carotte.

Une heure après notre arrêt arrive une voiture de police, contrôle, papi-re, do-cu-ment machi-ne… Nous commençons à être rodé… Le policier sourit quand il voit qu’à l’intérieur de Fourzitou les enfants ont entamés une partie de Monopoly…et les carottes cuisent à la cocotte!

 Dimanche 16 Octobre 34420km

Au milieu de la nuit, réveillé par 3 gouttes de pluies, Serge se réveille en sursaut….la trace…nous sommes légèrement en contrebas de la route sur un chemin de terre boueux, vent de panique à l’idée que nous ne puissions pas remonter sur la route. Immédiatement après armement des toboggans et blocage des issues, vidanges des caisses, nous remontons sur le talus sans problème crottés jusqu’en haut des roues ou le bas de notre caisse, nous projetons de la terre partout. Il fait nuit noire. Puisque nous sommes debout, en route! les enfants dorment, Serge roule puis se recouche après 2 heures de conduite , il a parcouru 120 km environ, et à l’impression d’ avoir roulé toute la nuit, tout le monde se réveille, il est très tôt, nous ne connaissons toujours pas la bonne heure, nous perdons en décalage horaire, nous nous rapprochons de Moscou!

Arrivée en fin de matinée à Kazan, ville de 1,2M d’habitants, capitale de la république du Tatarstan, autre république autonome de la fédération de Russie, nous recherchons son Kremlin que nous avons l’intention de visiter.

Entrée du kremlin de Kazan

Classé sur la liste du patrimoine de l’UNESCO en 2000, le Kremlin de Kazan, dans la vieille ville abrite des administrations, des édifices religieux, mosquée et cathédrale de l’Annonciation dans laquelle nous avons été bénis par un pope lors d’une cérémonie…les fastes et costumes sont impressionnants, il y a même un carillonneur qui joue des cloches…c’est très joli.

 Lundi 17 Octobre 34805 km

Au réveil Gustave nous informe qu’il faut aller au Kaazapistan!  Cela doit être une nouvelle république de Russie ? Nous partons à sa recherche, apres le Tatarstan, Bouriatie,Touva, Altaï, Daghestan, Tchétchénie, Ingouchie, toutes ces républiques sonnent différemment à nos oreilles maintenant, alors pourquoi pas Kaazapistan?

En route vers Moscou et son anneau d’or (ceinture de ville au nord-est de Moscou) que nous espérons atteindre ce soir ? Nous sommes en Europe et nous sentons que la densité de population est en hausse, partout le long des routes, habitations, villages, travaux, ralentissement, constructions de station essence. Même des églises sont en construction.

 Mardi 18 Octobre 35362 km

Lors d’un arrêt ravitaillement, Gustave remarque une flaque bleue sous l’avant du camion…

C’est une fuite du liquide de refroidissement, à la grande joie de notre garçon qui cherchait un prétexte pour faire un peu d’école buissonnière. Il va falloir basculer la cabine, c’est la joie, Serge et Gus s’y appliquent et font une réparation de fortune sur le parking d’un supermarché Globus de Vladimir.

Nous commençons à accumuler les incidents et dysfonctionnements, déjà nous n’avons plus de 220V à bord car le chargeur onduleur est cassé, la caisse à précieux …après un premier accident dans le désert de Gobi, verra son heure en Sibérie … la liste s’allonge … mais le reste fonctionne … et pourra être breveté « tested in Mongolia » qui est une appellation de qualité!!! 2500 kms de piste en Mongolie et 6000/7000 kms de mauvaises routes en Russie nous vaut bien ce label de qualité en résistance du matériel  « 4zi2 tested in Mongolia ». Après cette réparation de fortune, nous ferons une trentaine de kilomètres jusqu’à Souzdal, ancienne capitale.

Le monastére au nord de la ville

Mercredi 19 Octobre

Bulbes de Souzdal

Stationnaire à Sousdal, charmante petite ville de 12000 habitants avec 30 églises, ballade à pied, visite d’églises, les enfants allument des cierges … musée des maisons en bois, c’est charmant et très paisible.

Des intérieurs peints comme l'étaient nos églises médiévales

Les coupoles des églises Orthodoxes sont peintes avec des visages en gros plan

Jeudi 20 Octobre

Aller retour Vladimir- Sousdal pour réparation 4zi2, nous rentrons bredouille, la réparation de Serge tient, nous attendrons de trouver un garage Man. Visite de Monastère et prenons de le temps de nous promener dans cette charmante petite ville. Nous passons la nuit sur une petite place près d’un des nombreux monastère après avoir éteint le début d’incendie d’une vieille maison en bois. Certainement incendie volontaire, pour toucher les assurances ?

L'intérieur du Monastère, véritable forteresse

Cathédrale, dans le monastère de …

Une belle icone !

Vendredi 21 Octobre 35546 km

Départ pour Moscou à la recherche d’un garage Man sur notre route pour la réparation de fuite de liquide de refroidissement de 4zi2, qui est pour l’instant colmatée. Nous passons les 5 périphériques de Moscou sans trouver un seul garage, parcontre nous arrivons au pied du Kremlin sans difficulté et nous trouvons le stationnement conseillé par les Toqués à 300 mètres de la place rouge.

Nous partons à pied et trottinette à la découverte de cette place historique.

Sur le chemin des limous à la pelle, partout…Gus n’arrive plus à les compter, des mariés sortis des films de Walt Disney, des filles court vêtues sur talons aiguilles, maquillées outrageusement…L’Oreal a beaucoup d’avenir en Russie!!!

La cathédrale de Basile le Bienheureux, et la place rouge en arrière plan

La place rouge c’est un mélange de soldats en uniforme, manteau et chapka magnifiques, de gardes, de policiers, de filles provocantes à nos yeux d’occidentaux, il y a une diversité importante. L’image de l’homme russe blanc et fort se mélange à l’homme typé d’Asie centrale, cela offre une belle diversité ethnique, comparable à l’immensité de ce pays ( 11 fuseaux horaires, nous en avons traversé 7 ). Dommage, les Babouckas Russes (avec foulard sur la tête représentées comme sur les matriochkas) croisées dans l’Oural ou en Sibérie ne sont malheureusement plus là.

Devant le Kremlin

Moscou est-ce la Russie ? en tout cas petite enclave dans cet immense pays qui n’a rien a voir avec le reste du pays, ici plus une seule Lada bleu ciel ou mauve comme nous avons pu croiser lors de notre traversée infernale.

Galerie Gum, ancien magasin d'état devenu le phare de la consommation du luxe à Moscou

Samedi 22 Octobre

Visite du Kremlin débutant par une file d’attente pour l’achat de billets, c’est très organisé, pas de débordements, les vêtements en vestiaire, les sacs en consigne, passage obligatoire sous portique de sécurité…ça y est enfin on peut rentrer…c’est immense.

Nous commençons par la visite du Palais des Armures ou nous découvrons des splendeurs d’icônes et de joailleries, jamais nous aurions imaginé de tels trésors. Nous sommes sous le charme du travail d’orfèvrerie des icônes, des pierres précieuses, de l’émaillage, c’est une splendeur, nous passons beaucoup de temps avec les enfants qui sont sous le charme également des carrosses et traîneaux (attelage de 23 chevaux) qui conduisit une impératrice de Saint-Pétersbourg à Moscou pour son couronnement en 3 jours.

Nous admirons également les légendaires œufs de Fabergé, travail de joailleries et de pierreries remarquables mais pas jolis à nos yeux.

A l’intérieur du Kremlin, nous visitons la place aux multiples cathédrales:

-la cathédrale de la Dormition

-la cathédrale de l’Annonciation

Intérieur d'une cathédrale: Or, Icônes et peintures magnifiques

-la cathédrale de l’archange Saint Michel

Les bulbes de ...

puis le palais à facettes…le tsar canon, le tsar bourdon…

Le Tsar canon

C’est immense, épuisant, mais surtout magnifique.

Quel gigantesque enceinte, avec ces trésors cachés pendant si longtemps. Vladimir et ses copains ont un joli palais…il trône d’ailleurs sur des affiches en ce moment partout en Russie avec des allures de Daniel Craig (l’acteur des derniers James Bond), il doit préparer son retour…pour les prochaines élections! Pensez que Staline à fait détruire tant d’églises, de mosquées, de temples et qu’il vivait avec tant de merveilles à ces cotés. C’est une chance incroyable qu’il ne les ai pas détruites.

Sur la place Rouge, un festival de son et lumière tout les soirs

Dimanche 25 Octobre -Moscou

Stationnaire à deux pas du Kremlin, parqué devant les arbres à cadenas, où les amoureux scellent leurs amours puis jettent la clef dans la Moskova. Nous circulons à pied et trottinettes, découvrons les célèbres stations de métro recouvertent de marbres, de fresques et de lustres dorés. Le métro est propre et ne sent pas mauvais comme à Paris, chaque escalier roulant est gardé en haut et en bas par une « matronne » dans une cage qui cause dans son micro en hurlant dès qu’il y a un léger débordement.  L’avantage est que l’ on se sent en sécurité, partout nous sommes surveillés par des agents en uniforme.

Nous visitons la cathédrale de Basile-le-bienheureux, sur la Place Rouge, c’est un dédale qui comporte neuf chapelles principales entourée de 4 autres de forme octogonale dans lesquelles se trouvent 4 chapelles plus petites. On en sort épuisé avec le tournis, mais c’est splendide, des fresques, des icônes, des coins et recoins, quelle complexité…

Vers la tombe du soldat inconnu

Déjeuner rapide dans un resto attrape-touriste: nous renvoyons les plats en cuisine car les portions sont minuscules et ne correspondent pas à la carte. Les bouledogues, ça bouffent…et 100 gr de pâtes au lieu de 300 gr annoncé cela n’est pas la même chose. Je pars donc en cuisine et fais peser les assiettes, je suis sure de mon coup et revendique le bon poids, j’obtiens gain de cause et des assiettes à peu près remplies au lieu d’un apéritif! Roublards ces Russes! nous n’osons pas partir sans payer, on se sent quand même très surveillé.

Cette fois c’est sur nous allons voir le Grand cirque de Moscou prévu a 18 heures ( nous y sommes déjà allés deux fois, première fois sans succès, nous nous trompons d’adresse, deuxième fois, plus de places). Josephine piaffe d’impatience depuis deux jours et nous ne serons pas déçus, ce cirque énorme, 3400 places, a une belle réputation pour ses prestations avec animaux. Nous passons un moment magique à l’échelle de ce cirque gigantesque avec numéros superbes et changements de scènes en un clin d’oeil (une piscine de 5m de profondeur apparait en moins de 5 minutes pendant un numéro de clowns)

La piste du cirque de Moscou

Lundi 24 Octobre 35 770 km

Nous quittons Moscou, en route vers la frontière…Russo-Lettone, temps gris, entre 0 et 4 degrés, quelques flocons de neige. Les faubourgs de Moscou s’étendent sur des kilomètres et nous retrouvons la grisaille des immeubles soviétiques et des banlieues interminables. Moscou a du charme autour de son centre ville ancien, les avenues sont propres, très bien balayés, plusieurs fois par jour, c’est impeccable.

Mardi 25 Octobre 36168 km

Nous passons la frontière relativement facilement, on sent les douaniers russes plus habitues au trafic, pas besoin d’enregistrement visas comme on nous l’avait demandé à notre sortie de Russie. Nous entrons dans l’espace Shengen sans problème. Nous voici de retour en Europe de l’ouest à la découverte des pays Baltes. Direction Riga.

Juste avant la frontière, nous avons rencontré un cycliste Français, seul, François, son compagnon de voyage s’étant gravement blessé au bord du Baikal, il continue seul son magnifique tour. Nous passerons 2 jours en sa compagnie jusqu’a Riga.

Nous voici donc revenu en Europe de l’ouest, nous allons passer quelques jours en France avant de rejoindre le Maroc pour un hivernage doux, remonter les batteries de tout le monde, faire les quelques réparations nécessaires, …

Mais, je crois qu’il ne se passe pas une journée sans que l’un de nous 6 ne parle pas de Mongolie, n’évoque un souvenir émouvant. Ah Mongolie quant te reverrons-nous ?

 


This entry was posted in Pays visités, Russie, Team Boulot. Bookmark the permalink.

One Response to Traversée de la grande Russie

  1. Boulot Père says:

    Bonjour la tribu voyageuse. Que d’images et de découvertes! Fantastique Moscou ou mon papa est né ily a 113 ans. En souvenir, les chiens de mes grands parents Boulot s’appelaient « moscou et toula » ! Les enfants vont revenir bien savants.
    Nous vous attendons avec impatience.Bises.